Regardez les 18 talks de "What's Up Social ?" en replay, l'événement en ligne dédié à la communauté social media ! Inscription gratuite
×

Rédigé par valentincimino

Modifié le 28 octobre 2020 à 10:41

Comment facturer des missions en community management quand on est micro-entrepreneur ? 

“Tu veux devenir micro-entrepreneur ? C’est hyper simple tu vas voir, en 5 minutes tu peux créer ton statut et facturer tes clients”. Avant de vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale, vous avez certainement déjà entendu ce genre de phrase n’est-ce pas ? Alors oui, si le fait de devenir micro-entrepreneur est effectivement très simple, la question de la facturation peut s’avérer quelques fois plus complexe. Faut-il faire payer vos clients en fonction de la prestation réalisée, en fonction du temps passé, en fonction des résultats de vos actions…? Il y a plusieurs écoles et nous allons tenter d’y voir plus clair dans cet article. 

Étape 1 : définir son positionnement

S’engager dans une aventure professionnelle à son compte c’est avoir des responsabilités. Vous aurez notamment la lourde charge de facturer vos clients, mais avant cela vous devrez fixer vos tarifs. Même si cela peut sembler assez simple en apparence, ce n’est en réalité pas une mince affaire. Vous allez devoir en effet déterminer des prix justes et cohérents par rapport à votre offre, vos clients mais aussi vos charges. Pour vous permettre de partir sur de bonnes bases, voici quelques éléments à prendre en compte pour fixer vos tarifs et les méthodes les plus efficaces pour calculer vos prix de ventes.

Vous allez tout d’abord devoir définir votre positionnement. Sur votre marché, quel positionnement souhaitez-vous adopter ? Un positionnement plutôt haut de gamme, accessible, ou de milieu de gamme ? Cette première étape va vous permettre d’identifier vos concurrents et donc d’avoir une première idée plus concrète des prix que vous pourrez pratiquer. Pour affiner cette étape, je vous conseille de prendre en compte plusieurs éléments importants : votre niveau d’expertise dans votre métier, votre notoriété ainsi que le contenu de votre offre. Pour cela, rien de tel qu’imaginer votre client idéal. Il vous aidera à vous positionner et à vous différencier des autres community ou social media managers.

Étape 2 : fixer son taux journalier (TJM), préalable indispensable à la facturation de vos missions

Un freelance qui travaille dans les métiers du web comme content manager, community manager, social media manager, développeur web ou encore rédacteur web pratique généralement des prix à la journée. C’est le modèle le plus courant dans les métiers de service : définir un taux journalier qui permet de vendre vos prestations au prix le plus juste. Ce taux journalier peut varier en fonction de votre métier. Un community manager ne pourra a priori pas prétendre au même taux que celui d’un développeur web. 

Pour affiner ce taux journalier, vous devrez prendre en compte la valeur de votre travail mais aussi les charges liées à votre activité. Il y a deux types de charges à connaître : les charges directes et les charges indirectes. Les premières sont celles qui entrent dans l’élaboration de votre produit ou de votre service. On vous demande de créer un site web et vous avez besoin de l’aide d’un web designer, il s’agit d’une charge directe. Les outils indispensables à la réalisation de vos tâches de community management sont aussi des charges directes. 

Les secondes sont celles qui vous permettent d’exercer votre activité, de la faire connaître et de la développer : votre connexion Internet, votre abonnement dans un espace de coworking, assurances professionnelles, etc. Ces charges doivent absolument être ajoutées à vos prestations sans quoi vous risquez de perdre de l’argent et de fixer un tarif qui ne sera pas le reflet de la réalité. Pensez donc à lister les charges indirectes qui doivent logiquement être fixes et à ajouter les charges directes en fonction de vos projets. 

Étape 3 : définir un revenu mensuel net minimum

On avance, on avance ! Vous savez désormais ce que vous coûte votre entreprise au quotidien. Maintenant à vous de fixer le revenu mensuel auquel vous souhaitez arriver pour payer votre loyer, assurer votre budget de nourriture et d’habillement ou encore rembourser vos emprunts si tel est le cas. Au fil de l’évolution de votre société, vous pourrez fixer des objectifs de plus en plus haut pour faire évoluer votre niveau de vie. 

Il y a un point que vous devez absolument prendre en compte. En tant que micro-entrepreneur, vous n’avez pas de congés payés. Attention de bien considérer cela dans votre taux journalier pour combler d’éventuelles périodes creuses ou des congés que vous souhaiteriez prendre dans le courant de l’année. En général on considère que vous pouvez ajouter 10% à votre taux journalier pour combler vos congés.

Voici un exemple parfait pour calculer votre taux journalier : si vous souhaitez arriver à un revenu mensuel net de 1 900 euros / mois, vous devez prévoir que vous aurez 418 euros de charges sociales (22%) + 42 euros de charges fiscales prélevées chaque mois + 190 euros de congés payés + 200 euros de frais divers à ajouter. Un total de 2 750 euros. Voici la somme à atteindre pour rentrer dans vos frais et arriver au revenu net mensuel souhaité. On considère qu’un micro-entrepreneur travaille en moyenne 12 jours par mois ce qui fait un taux journalier dans ce cas précis de 230 euros à affiner en fonction du nombre de jours travaillés dans le mois. 

Vous n’êtes pas encore très à l’aise avec cette notion de taux journalier ? faites le comparatif avec votre revenu de salarié. Grâce à son simulateur de revenu freelance vs. salariat, Shine vous permet de calculer votre taux journalier en équivalent d’un salaire brut.

shine l'outil pour camparer vos revenus de salarié et votre taux journalier

L’échelle moyenne de facturation journalière en fonction des métiers du web : 

  • Community manager : entre 200 euros et 300 euros
  • Content manager : entre 250 euros et 350 euros
  • Social media manager : entre 300 euros et 400 euros
  • Rédacteur web : entre 250 euros et 350 euros
  • Développeur web : entre 450 euros et 700 euros
  • Concepteur rédacteur : entre 350 euros et 450 euros
  • Graphiste : entre 350 euros et 650 euros

Maintenant c’est à vous de jouer pour définir vos propres tarifs en fonction de votre métier et des différents éléments vus ci-dessus. En tant que micro-entrepreneur, il est important de prendre le temps de réaliser cette étape correctement, elle peut définir le succès de votre entreprise sur le long terme. Vous l’aurez compris, la meilleure formule pour être au plus près de la réalité et rentrer dans vos frais est bien de définir un taux journalier. Une fois qu’il sera défini, il pourra évidemment évoluer avec le temps en fonction de l’expérience et des compétences acquises.

Vous n’avez pas encore testé Agorapulse ? Il ne vous faudra pas plus de 28 jours d'essai pour l'adopter !

valentincimino

En tant que Social Media Manager, je suis particulièrement attaché au sens des mots. J'aime partir à la découverte des tendances de demain et vous les partager.

Follow valentincimino on :

Envie de devenir un expert des réseaux sociaux ?
Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle et recevez des conseils concrets pour votre stratégie social media

Suivez-nous

felis eget id consequat. ipsum amet, libero