L’entrepreneuriat et plus généralement le freelancing est en plein développement en France. 

Selon l’INSEE, 54 % des entreprises créées en 2020 sont des micro-entreprises. De plus, parmi ces nouveaux auto-entrepreneurs, 17 % exercent une activité de prestation informatique et digitale. 

À la lecture de ces chiffres, on comprend aisément qu’être freelance quand on est social media manager est un choix de plus en plus répandu. 

Mais pourquoi ? Quels sont les avantages du freelancing pour les community managers et les social media managers ? 

Dans cet article, vous découvrirez les 5 avantages d’être freelance quand on est social media manager et nos conseils pour vous lancer.

Pourquoi devenir social media manager freelance ? 5 avantages

Il existe cinq principaux avantages d’être freelance quand on est social media manager :

  1. une triple liberté ;
  2. l’épanouissement personnel ;
  3. l’absence de hiérarchie ;
  4. une plus grande facilité à trouver du travail ;
  5. une meilleure rémunération ;

Avantage n°1 : Une triple liberté

L’un des premiers avantages cités par les community managers qui exercent en freelance, c’est la liberté. Mais ce qui est réellement intéressant, c’est que cette liberté est triple.

Tout d’abord, vous êtes libre de vous organiser comme vous le souhaitez. Vous pouvez travailler chez vous, dans un café ou dans un coworking. Vous avez même la possibilité d’adopter un mode de vie “digital nomad” pour parcourir le monde tout en travaillant comme social media manager indépendant. De plus, les horaires sont flexibles, puisque c’est vous qui les fixez.

La liberté quand on est freelance social media manager, c’est aussi celle de pouvoir choisir les missions qui vous intéressent. En fonction de vos préférences, vous pouvez par exemple accepter uniquement des prestations liées à un réseau social particulier (Instagram, TikTok ou autre), privilégier des missions qui vous parlent (ex : rédaction de posts, animation de communauté) ou encore cibler les missions les mieux rémunérées.

Enfin, être freelance quand on est social media manager, c’est avoir la chance de pouvoir choisir ses clients. Vous avez l’opportunité de vous spécialiser pour travailler uniquement avec un certain type de clients (ex : startups ecommerce, marques engagées, grands groupes, etc.), c’est-à-dire de vous nicher, ou encore de ne collaborer qu’avec des clients avec qui vous avez un bon fit humain.

Avantage n°2 : L’épanouissement personnel

L’épanouissement personnel est un critère de plus en plus important chez les actifs. Il va de pair avec la quête de sens.

En tant que social media manager, vous pourrez d’abord mieux vous épanouir grâce à un travail plus en accord avec vos envies. Selon l’étude “Freelancing in Europe” de Malt, 78% des freelances français considèrent par exemple que le freelancing leur permet d’exercer un travail en accord avec leur valeur.

Par ailleurs, votre planning étant plus flexible, vous pouvez consacrer du temps à vos autres centres d’intérêt. Votre vie n’est plus uniquement centrée autour de votre travail.

Enfin, l’équilibre vie perso et vie perso est plus facile à trouver, car c’est vous qui définissez vos priorités.

Un aperçu des principaux moteurs cités par les freelances dans le choix de leur statut d’indépendant. Source : Malt, Freelancing in Europe 2022.

 

Avantage n°3 : L’absence de hiérarchie

Quand on est social media manager salarié, on doit respecter la hiérarchie interne, composer avec les problématiques politiques internes, etc. Quand on est social media manager en freelance, la relation qui vous lie aux clients est d’un autre ordre.

Vous êtes votre propre patron. Cela signifie que vous collaborez avec vos clients, vous n’êtes pas leur subordonné. Il n’y a pas de rapport de force, mais une égalité qui s’installe afin de construire une relation de confiance.

Si le client n’est pas content des posts que vous lui proposez par exemple, vous pouvez plus simplement mettre fin à votre relation avec lui.

 

social listening

 

Avantage n° 4 : Une plus grande facilité à trouver du travail

Les entreprises apprécient faire appel à un community manager freelance ou à un social media manager indépendant plutôt que d’embaucher un salarié. 

En effet, les freelances offrent plusieurs avantages aux entreprises :

  • Ils sont plus agiles et plus réactifs, deux critères clés de succès sur les réseaux sociaux ;
  • Ils sont souvent plus flexibles que des salariés ;
  • Ils peuvent être embauchables à plein temps, ce qui est particulièrement intéressant pour les plus petites entreprises ;

La conséquence directe de cette préférence est qu’il est souvent plus facile de trouver des missions en social management que de signer un CDD ou un CDI.

Avantage n°5 : Une meilleure rémunération 

Combien gagne un social media manager freelance ? C’est une question essentielle quand on envisage de se lancer à son compte.

En moyenne, selon Malt, le tarif journalier d’un community manager ou d’un social media manager freelance est de 401 € HT. Soit un chiffre d’affaires d’environ 6 500 € par mois si on part du principe que vous travaillez quatre jours pleins toutes les semaines (pour prendre en compte les congés et les jours passés à la prospection).

Si on prend l’hypothèse que vous êtes auto-entrepreneur, une fois déduites les charges sociales déduites, cela donne un revenu mensuel d’environ 5 000 € avant charges et impôts.

C’est bien plus élevé que la moyenne des social media managers freelances dont le salaire brut mensuel pour un junior est de 2916€ selon le cabinet Blue Search.

3 étapes pour se lancer comme social media manager en freelance

Pour comme freelance quand on est social media manager, il est nécessaire de respecter 3 grandes étapes :

  1. choisir son statut juridique ;
  2. construire son offre de services ;
  3. trouver ses premiers clients.

Étape n° 1 : Choisir son statut juridique

Première étape pour vous lancer : choisir un statut juridique adapté

Trois options s’offrent à vous :

  • La micro-entreprise qui est simple à créer et à gérer. Mais le chiffre d’affaires est plafonné à 72 600 € et les charges ne sont pas déductibles ;
  • La société commerciale qui permet de développer son activité sans limites, et de déduire les charges avant le calcul de l’impôt sur les sociétés. Cependant, les démarches administratives et les obligations comptables peuvent s’avérer lourdes ;
  • Le portage salarial qui allie les avantages du salariat (contrat de travail, bulletins de paie, etc), et du freelancing (indépendance, faible charge administrative).

Il n’existe pas de statut parfait : n’hésitez pas à comparer les avantages et inconvénients de chaque statut pour retenir celui qui correspond le plus à vos besoins.

Étape n° 2 : Construire son offre de services 

Pour pouvoir convaincre vos premiers clients, vous devez créer une offre de services claire qui précise :

  • votre positionnement ;
  • le contenu de vos prestations ;
  • les tarifs pratiqués ;
  • le fonctionnement d’une collaboration avec vous.

Pour vous inspirer, n’hésitez pas à parcourir les sites ou les profils d’autres social media managers freelances sur des plateformes de freelance (Crème, Malt, Kamatz, etc.)

Aperçu du site d’une social media manager freelance qui précise son offre

 

Étape 3 : Trouver ses premiers clients

Une fois votre statut créé et votre offre de services prête, vous pouvez chercher vos premiers clients. 

Pour cela, vous pouvez faire appel à votre réseau personnel et professionnel, déployer vos talents sur les réseaux sociaux ou prospecter par mail ou par téléphone des entreprises.

Lorsque que vous aurez signé vos premiers contrats, vous pourrez bénéficier du bouche-à-oreille et demander des témoignages à vos clients pour en convaincre de nouveaux.

Exemple de post d’une community manager freelance sur LinkedIn à la recherche de missions

Et maintenant, c’est à vous ! Bonne chance dans votre aventure freelance.

Vous n’avez pas encore testé Agorapulse ? Il ne vous faudra pas plus de 30 jours d'essai pour l'adopter !