Depuis quelques années, le social commerce est en plein essor. La pandémie de Covid-19, véritable tournant pour les e-commerçants, a transformé les usages de consommation. On constate depuis deux ans, que de plus en plus d’internautes sont prêts à consommer sur les réseaux sociaux. Le social commerce est une tendance à côté de laquelle vous ne devez pas passer.

Avant d’aller plus loin, il est important de définir précisément ce qu’est le social commerce. On peut tout simplement considérer qu’il s’agit de « l’utilisation des réseaux sociaux pour vendre des produits ou des services ». En quelques mois seulement, les réseaux sociaux sont devenus une place forte du commerce en ligne. De simples outils de divertissement, les plateformes que nous utilisons tous comme Instagram, Facebook, Pinterest, Twitter ou TikTok, ont révolutionné les usages de consommation. Dotés de nouvelles fonctionnalités, ces médias permettent aux internautes de faire leurs achats en quelques clics. Ils remplacent même parfois la traditionnelle plateforme e-commerce dont disposent tous les e-commerçants.

Tour d’horizon du social commerce

Nuance importante : il ne faut pas confondre social marketing et social commerce. Quand on parle de social commerce, on parle bien de vendre grâce et sur les réseaux sociaux. Quand on parle de social marketing, on parle de la mise en place d’une stratégie de social media management, avec plusieurs composantes possibles comme une stratégie d’influence, le marketing conversationnel, la création de contenus, etc. Depuis quelques années, la plupart des réseaux sociaux ont développé des fonctionnalités qui permettent aux marques de vendre directement sur leurs plateformes. Voici un tour d’horizon des réseaux sociaux qui se sont lancés dans le social commerce :

  • Facebook

Je pense évidemment à Facebook Shop. À ce sujet, Mark Zuckerberg déclarait il y a quelques mois que « notre objectif est de faciliter le shopping et de faire en sorte que chacun, de la petite entreprise à la marque internationale, puisse utiliser nos applications pour entrer en contact avec ses clients, malgré la pandémie que nous traversons ». Il est important de noter la différence entre Facebook Shop et Marketplace. Vous l’avez probablement déjà utilisé, la Marketplace de Facebook est une place de marché en ligne permettant de mettre en contact vendeurs et acheteurs autour de petites annonces de vente en ligne. À la différence de Facebook Shop, la plateforme n’intègre pas de solutions de paiement.

Facebook Shop s’adresse quasiment à toutes les entreprises. On peut même imaginer que demain une entreprise de service puisse proposer ses offres directement sur Facebook. Le réseau social précise également qu’il n’y a pas de limite dans le nombre de produits qu’une marque peut proposer. Chez Agorapulse, nous voyons cette nouvelle fonctionnalité comme une ouverture au e-commerce pour les TPE/PME n’ayant pas de sites dédiés. Pour les e-commerçants, il ne s’agit pas d’un remplacement du site dédié à la vente en ligne, mais d’un nouveau canal à exploiter. Facebook Shop est un raccourci qui ne permettra peut-être pas aux marques de vendre plus, mais au moins de vendre différemment tout en faisait évoluer les usages vers des achats in-app. Pour creuser le sujet et passer à l’action, découvrez notre article pour configurer Facebook Shop pour votre entreprise.

  • Twitter

On peut également citer Twitter Shops, une récente fonctionnalité déployée en accès limité pour le moment par Twitter, pour aider les e-commerçants à vendre sur la plateforme. Actuellement en test avec quelques entreprises américaines, les boutiques ne sont visibles que des utilisateurs basés aux États-Unis, utilisant la version anglophone de Twitter, et un iPhone. Si tout se déroule comme prévu, les Twitter Shops devraient arriver en Europe dans les prochains mois. Cette nouvelle fonctionnalité est l’aboutissement de la stratégie du réseau social pour proposer des outils aux e-commerçants. Cela fait plusieurs années que Twitter tente d’enrichir l’expérience des marques sur sa plateforme, notamment avec une fonctionnalité qui permettait d’acheter directement un produit sur le réseau social en 2021.

Cette accélération de Twitter dans l’e-commerce intervient dans la foulée de la restructuration de son organigramme sous la houlette du nouveau patron du réseau social, Parag Agrawal, successeur du fondateur historique Jack Dorsey. Trois responsables ont récemment été nommés au sein de la division consommateur de la plateforme : Jay Sullivan a été nommé vice-président des produits de consommation. Arnaud Weber occupe le poste de vice-président de l’ingénierie des produits de consommation. Anita Butler est nommée comme responsable du design consommateur. On sent clairement que dans les prochains mois, Twitter va mettre le paquet sur les fonctionnalités social commerce.

  • TikTok

Le réseau social détenu par le géant chinois ByteDance est également très impliqué dans le développement du social commerce. C’est certainement l’une des premières plateformes à avoir proposé des fonctionnalités de live shopping à ses clients. Sur TikTok, on parle davantage de community commerce que de social commerce. Dans ce terme anglophone, on retrouve effectivement l’aspect commerce pour les ventes en ligne, mais aussi l’aspect communautaire. Quand on parle de community commerce, on pense notamment au désormais célèbre #TikTokMadeMeBuyIt. Un hashtag utilisé comme un aveu, qui laisse supposer que vous avez acheté un produit grâce à une vidéo vue sur TikTok.

Sur TikTok, les marques qui développent une stratégie de community commerce font appel à des créateurs de contenus, qui usent de moyens originaux pour mettre en avant les produits, et créer du contenu viral. C’est la différence avec le social commerce. L’objectif est de promouvoir le produit, pas de le vendre directement. La finalité est évidement la même. Les contenus sont basés sur l’authenticité du créateur pour inciter aux ventes, même si les personnes ne sont pas là pour acheter (de manière intentionnelle). On fait également la différence entre l’influence marketing et le community commerce, deux termes différents, où l’authenticité fait la différence contrairement à un simple placement de produit.

  • Pinterest

Quand on parle social commerce, impossible de ne pas évoquer Pinterest. Ce réseau social est un précurseur en la matière. Avec ses 450 millions d’utilisateurs dans le monde, Pinterest entend bien aussi aider les marques à vendre leurs produits sur sa plateforme. Pour y parvenir, Pinterest a notamment mis en place un partenariat avec Shopify pour développer la publicité ciblée, l’affichage de catalogues et les épingles de produits conduisant les internautes aux sites marchands des marques. Ce partenariat a pour objectif de permettre aux marques présentes sur Pinterest d’augmenter leur taux de conversion en ligne par le biais de nouveaux outils.

Depuis la crise sanitaire, Pinterest a accéléré les expériences de boutique en ligne sur sa plateforme pour faire face à leur fermeture due à la crise du Covid-19. Le nombre de téléchargements de flux (feeds) de catalogues sur la plateforme a été multiplié par 14 dans le monde entre mars 2020 et mars 2021. Selon Bill Watkins, Global Head mid-market and small business Sales, chez Pinterest « nous offrons aux PME un environnement dans lequel elles peuvent atteindre, très tôt dans leur processus de décision, des consommateurs qui expriment une forte intention d’achat. L’an dernier, l’écosystème du retail a connu une profonde mutation. C’est pourquoi nous nous engageons à soutenir les commerçants de toute taille en leur fournissant un accès rapide et facile à nos fonctionnalités de shopping afin qu’ils puissent inspirer et recruter des consommateurs, sans avoir à déployer de ressources particulières ».

  • Instagram

Depuis plusieurs années maintenant, Instagram est devenu un véritable outil de vente pour les e-commerçants. Le réseau social est le canal privilégié des marques pour vendre en 2022. Au fil des années, les fonctionnalités Shopping se sont développées sur le réseau social, on peut citer : les tags Shopping en stories, sur les posts du feed d’actualité et plus récemment dans les Reels. Le Shopping s’est même vu offrir un onglet dédié, permettant de parcourir les boutiques, les collections ou encore de découvrir des marques. Bref, pas besoin d’en dire plus pour comprendre qu’en tant qu’e-commerçant, vous devez absolument investir cette plateforme pour développer une stratégie de social commerce.

Chaque mois, 130 millions de comptes Instagram appuient sur une publication d’achat pour en savoir plus sur un produit. L’objectif d’Instagram Shopping étant de faciliter et rendre fluide l’expérience d’achat : de la découverte à l’achat, sur mobile. En quelques clics seulement, un utilisateur peut découvrir un produit, des produits similaires et acheter rapidement sans avoir à quitter Instagram. Il suffit pour cela d’identifier un produit sur n’importe quel contenu, afin de transformer ce dernier en opportunité à vendre. Même si une vente n’est pas conclue directement, une personne peut aussi enregistrer un produit, afin de le retrouver dans une collection dédiée au Shopping. Bref, à l’heure actuelle Instagram s’impose comme la plateforme la plus aboutie en matière de social commerce. Pour découvrir comment configurer Instagram Shopping en trois étapes, rendez-vous sur cet article.

Vous savez désormais sur quels réseaux sociaux positionner votre marque pour développer une stratégie de social commerce. N’oubliez pas de continuer à animer votre communauté pour la fédérer autour d’un centre d’intérêt commun et alimenter votre stratégie globale.

Vous n’avez pas encore testé Agorapulse ? Il ne vous faudra pas plus de 15 jours d'essai pour l'adopter !